Heureux ceux qui comme toi, visitent le site de Lauret Des Bois.

Lauret des bois, c'est une association d'adhérents animés par l'idée de la transition de leur territoire vers un environnement naturellement bio, de saison, de proximité, participatif et républicain.

___________________________________

Piste Cyclable    SIGNEZ LA   PETITION

__________________________________

                       Voici nos actions

L'association Lauret des Bois est en préparation du prochain festival.

Les dates proposées, définitives depuis le rassemblement des adhérents de l'association en décembre, sont les

vendredi 1 et samedi 2 juin et le dimanche 3 juin 2018.
 

Le programme des activités, à venir, de l'association s'étoffera progressivement et s'affichera sur cette page.

 

- Samedi 10 février : nettoyage de la deuxième partie du Favarel, avec toutes les associations.

- Samedi 19 mai 2018 : randonnée-découverte des oiseaux dans l'environnement de Lauret, par un spécialiste de la LPO.

- Par l'intermédiaire, l'aide capitale et intelligente du CCGPSL (Communauté de Communes du Grand Pic St Loup), nous aurons probablement une subvention européenne (LEADER) qui nous financera en grande partie les activités du Festival de Juin.

               Voici donc les films qui seront projetés :

- Vino Véritas

- Les chèvres de ma mère

- Velotopia

- Pierre Rabhi, Au nom de la Terre

- Demain,

- Tous Cobayes

- L'éveil de la permaculture

Les Conférences & Débats

- Cueillette en Garrigues

- Initiation aux pratiques de l'alimentation responsable

- La Permaculture

- Le Tri sélectif

___________________________________

Déjà...

"Etre en accord avec la nature" Conseil à Emile de JJ Rousseau 1762

Déjà...

Jean Jacques Rousseau - Contrat Social - LIVRE 111. - CHAP. VIII. nb;

" lents dans les pays chauds : c’est une troisiéme différence qui ne peut manquer d’influer sur la seconde. Pourquoi mange-t-on tant de légumes en Italie? Parce qu’ils y sont bons, nourrissants, d’excellent gout. En France, ou ils ne sont nourris que d’eau, ils ne nourrissent point, et sont presque comptés pour rien sur les tables. Ils n’occupent pourtant pas moins de terrain et cofitent du moins autant de peine a cultiver. C’est une experience faite que les blés de Barbarie, d’ailleurs inférieurs a ceux de France, rendent beaucoup plus en farine, et que ceux de France,..."

               (((((((((((((((---------------)))))))))))))))

Etats Généraux de l'alimentation

Publié le 27/12/2017 Que Choisir

Les États généraux de l’alimentation (EGA) se sont clôturés le 21 décembre. Que retenir de cette grande concertation qui, durant cinq mois, au travers de 14 ateliers, a vu agriculteurs, industriels, distributeurs – et, dans une bien moindre mesure, le monde associatif dont l’UFC-Que Choisir – se mettre autour de la table pour discuter de l’alimentation de demain ?

- Les consommateurs, simples spectateurs des réformes

- Seuil de revente à perte : une mesure plus que discutable

- Des plans de filière à ficeler

- Publicité : pas d’avancées dans la loi

- Où est passé le bio ?

« Accompagner la transformation des modèles de production afin de répondre davantage aux attentes et aux besoins des consommateurs ». C’était l’un des grands objectifs. Au final, le bio a été peu retenu dans les conclusions de ces États généraux. Il fera donc l’objet d’un plan d’action « bio-économie » à part, dont les grandes lignes devraient être dessinées d’ici fin février 2018. Il devrait notamment définir et encadrer un objectif de 8 % de terres converties en bio en 2020 (contre moins de 5,8 % actuellement).

- La lutte contre le gaspillage s’élargit

- La politique de l’eau cruellement oubliée

Alors que l’eau est le fondement de notre alimentation et de l’agriculture, comment ne pas s’indigner que cette thématique, incluse de haute lutte dans les conclusions des débats, n’ait pas été reprise dans les livrables de l’atelier. Faut-il rappeler que l’agriculture intensive, responsable de 70 % des pollutions en pesticides et de 75 % des pollutions en nitrates, ne paie que la plus faible partie de la réparation de ces dommages environnementaux (7 % de la redevance « pollutions » des agences de l’eau), le reste étant très majoritairement financé par les consommateurs, en violation flagrante du principe de pollueur-payeur ? Pourtant, aucune des propositions formulées n’a été retenue pour inverser cette politique qui, non seulement pénalise les consommateurs mais, en outre, n’incite aucunement l’agriculture intensive à modifier ses pratiques.

     ((((((((((----------))))))))))

Pesticides dans les vins de Bordeaux

Publié le : 26/12/2017 Que Choisir

Notre analyse de 38 grands crus de ­Bordeaux et de deux vins non classés montre que la plupart sont contaminés par des résidus de ­pesticides. Toutefois, la situation s’améliore : leur ­concentration est, en moyenne, trois fois moins élevée que lors des tests menés il y a quatre ans.

       ((((((((((----------))))))))))

       (((((((((((-----------))))))))))

 

Agriculture  en Occitanie

L’agriculture occupe 43% du territoire

1Er secteur régional en termes d’emploi : 165 000 personnes

1ère Région pour l’agriculture Bio (en surface et nombre d’exploitations)

1er vignoble mondiale (en superficie pour les vins d‘origine)

1ère Région pour les appellations

1ère flottille de pêche pour la méditerranée

1ère Région ovine de France

2ème Productrice de France de fruits

18,5% des exploitations en circuit court

          (((((((((((((((---------------)))))))))))))))

             BETON

Un Département bétonné tous les 10 ans

55 000 hectares par an

10 000 hectares par an de plus d'espaces naturels ; en bois (comme investissement), en friche (en attente de bétonnage) et en garrigues (changement climatique).

          ((((((((((----------))))))))))

Pour le Meilleur et Pour le Prix

Pour le même prix, manger mieux tout en réduisant notre impact sur la planète, c'est possible !

Sans dépenser plus pour nos courses, il est possible de manger des produits plus sains et de meilleure qualité, issus notamment de l’agriculture biologique, tout en limitant notre impact sur la planète. Voici ce que révèle une étude co-réalisée par le WWF France et ECO2 Initiative.

Panier "classique" vs. panier "flexitarien"

Concrètement, cela signifie, pour une personne, de passer de 6 repas par semaine avec de la viande ou du poisson sauvage, à 4 repas par semaine, et d’un repas par jour avec des produits transformés à seulement 2 repas par semaine.

Pour le démontrer, l’étude a comparé le panier standard des Français avec un panier dit “flexitarien”, adapté à l’alimentation hebdomadaire d’une famille de 4 personnes (2 adultes et 2 enfants). Ce panier prend en compte trois critères de durabilité :

  • un coût équivalent au panier alimentaire moyen des Français (environ 190€ par semaine) ;
  • un impact carbone moindre, correspondant à la quantité de gaz à effet de serre, en équivalent CO2, émise pendant tout le cycle de vie d’un aliment (production, transformation et transport) ;
  • une qualité nutritionnelle adéquate, calculée selon l’approche du Nutri-Score, la signalétique nutritionnelle promue par le Ministère de la santé, avec cinq notes allant de A à E, selon la valeur nutritionnelle du produit.

Par rapport au panier standard des Français, ce panier flexitarien prévoit :

  • une diminution de la viande (-31 %)
  • une diminution des poissons sauvages (-40%)
  • une diminution des produits transformés industriels, gras, salés et sucrés (-69%)
  • une diminution des produits à base de farines raffinées (pâtes, pain, etc.) au profit de farines complètes (-46%)
  • une augmentation de la part de légumes, céréales et légumineuses (95%)

Infographie panier standard 10 novembre 2017

Infographie panier flexitarien 10 novembre 2017

Le panier durable

Grâce à cette réduction de coût, il est possible d’introduire dans le panier flexitarien près de 50% de produits certifiés (Bio, Label Rouge et MSC) sans dépasser le coût du panier standard.uuuuuu

Une réduction de ces aliments, largement présents aujourd’hui dans le panier alimentaire moyen d’une famille française de 4 personnes, permettrait de réduire de 38% l’impact carbone du panier (de 109 kg CO2 à 68 kg CO2 par semaine) et de 21% son coût (de 187€ à 147€ par semaine).

Pour arriver à ce panier durable, il est nécessaire de revoir en partie nos habitudes alimentaires et d’inverser les tendances négatives des 50 dernières années, comme la consommation excessive de protéines animales, l’augmentation de boissons sucrées et de produits transformés.

« Consommer des produits de meilleure qualité, avec un impact moindre sur l’environnement, est à la portée de tous. C’est la conclusion de l’étude que nous présentons aujourd’hui et qui propose un panier “flexitarien”. Au quotidien, cela passe par des gestes simples : par exemple manger de la viande 4 fois par semaine au lieu de 6, des produits transformés seulement 2 fois par semaine et, à l’inverse, consommer plus de légumes et de céréales.  On le voit bien, il est possible de changer  nos habitudes alimentaires sans attendre. C’est bon pour la santé et pour la planète et ça ne coûte pas plus cher ! »
Pascal Canfin, directeur général du WWF France

          ((((((((((----------))))))))))

            AU  SECOURS !!!

Changement climatique : le cri d’alarme face à l’inertie des Etats

L’« appel des 15 000 » scientifiques de 184 pays est une nouvelle supplique aux décideurs et aux responsables politiques : agir plus tard, ce sera agir trop tard.

LE MONDE | • Mis à jour le

Editorial du « Monde ». Dans un appel d’une ampleur inédite publié lundi 13 novembre par la ­revue BioScience, plus de 15 000 scientifiques de toutes les disciplines et de 184 pays enjoignent aux responsables politiques et aux décideurs de tout mettre en œuvre pour freiner la destruction de l’environnement. Si celle-ci se poursuit au rythme actuel, les auteurs mettent en garde contre un déclin irrémédiable des bienfaits de la nature pour l’homme, une dégradation des conditions de vie à la surface de la Terre et, en définitive, une misère galopante.

 

               (((((((((((((((---------------)))))))))))))))

 

                   Ministre Godillot !!!

Hulot recule sur la baisse du nucléaire à 50 % de la production électrique en 2025 !!!

Avec ce Hulot-là, tous nos efforts pour réduire notre électricité sont voués à l'échec. Il en va de même pour les pesticides et insecticides, la pollution de l'air. C'est désarmant, fatiguant. C'est vrai : les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.

Faut-il attendre qu'une centrale explose pour faire réagir ce Hulot-là ?

Ce recul intervient après la publication par RTE, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité, filiale d’EDF, d’une série de scénarios énergétiques pour la France. Ils ne sont pas venus en Juin 2017 à Lauret entendre les chiffres de Négawatt. Dans son bilan prévisionnel, RTE estime qu’une diminution trop rapide du parc nucléaire contraindrait à maintenir en activité les quatre centrales à charbon françaises et a construire une vingtaine de nouvelles centrales au gaz.

D'autres énergies existent, plutôt que de brandir la menace des énergies fossiles.

Ce recours accru aux énergies fossiles aurait pour conséquence de doubler les émissions de CO2 issues du système électrique. Ces émissions, d’environ 22 millions de tonnes par an, représentent actuellement un peu moins de 5 % du total des rejets de gaz à effet de serre de la France, du fait de la part prépondérante de l’atome dans la production d’électricité.

Je n'ai qu'un mot : écoeurant.

      ((((((((((----------))))))))))

L'Afrique outragée, l'Afrique brisée, l'Afrique martyrisée, l'Afrique toujours le grenier de la France

Climat: les banques continuent de financer les énergies fossiles

 

La COP23 démarre le 6 novembre à Bonn. Malgré l’accord de Paris, des sommes considérables d’argent public et privé continuent de financer les énergies fossiles, première cause des dérèglements du climat. Y compris la France en Afrique, ou les banques françaises avec les sables bitumineux.

          ((((((((((----------))))))))))

Le gouvernement supprime la taxe sur les activités polluantes et les installations classées

26 octobre 2017

Les députés ont adopté, samedi 21 octobre, un amendement gouvernemental au projet de loi de finances pour 2018 (PLF 2018) qui supprime les deux composantes de la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) applicables aux installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). L’une est recouvrée au moment de la délivrance de l’autorisation, l’autre, chaque année, au titre de l’exploitation de l’installation.

 

Le réchauffement climatique serait sans précédent depuis 100 millions d’années

27 octobre 2017

La température des océans il y a 100 millions d’années a été largement surestimée, selon des chercheurs lausannois et français. Une découverte qui ferait du réchauffement actuel un événement sans précédent.

 

               ((((((((((((((---------------)))))))))))))))

 

                           S – EAU - S

Ressource aquatique Stop à la gabegie !

UFC Que Choisir 24/10/2017

Les études officielles soulignent que la disponibilité et la qualité de la ressource aquatique se dégradent depuis de nombreuses années… Nous, consommateurs, qui avons été trop largement mis à contribution, refusons la fuite en avant alors que des solutions simples, concrètes et efficaces existent et coûteraient en moyenne 3 fois moins cher que les traitements actuels de dépollution.

Les constats : une eau raréfiée et polluée !

• 84 départements ont connu des restrictions d’eau cet été, dont 37 en situation de « crise », échelon le plus élevé.

• 1,9 million de consommateurs ont été exposés à une eau polluée par les pesticides agricoles entre 2014 et 2016. L’accès à une eau de qualité pour la majorité des Français se fait au prix de coûteuses dépollutions.

Une responsable : l’agriculture intensive

• L’agriculture intensive accapare 80 % de la consommation nette estivale de l’eau, et la moitié de la consommation nette annuelle.

• L’agriculture intensive est la principale responsable des pollutions de la ressource aquatique, à hauteur de 70 % pour les pesticides et de 75 % pour les nitrates.

Une complice : la politique de l’eau archaïque et injuste !

• Les aides publiques encouragent essentiellement l’agriculture intensive et insuffisamment les modèles agricoles moins consommateurs de pesticides, d’engrais et d’eau.

• Les agences de l’eau consacrent à peine 30 % de leur budget à la prévention, qui est pourtant leur mission principale.

• Les consommateurs paient, via leurs factures d’eau, l’essentiel des taxes « consommation » et « pollution » en lieu et place des principaux préleveurs et pollueurs !

Notre demande

Dans le cadre des États Généraux de l’Alimentation, dont l’objectif affiché est de promouvoir une alimentation saine et durable, nous réclamons une réforme urgente de la politique de l’eau avec une application stricte du principe de justice « préleveur-pollueur-payeur », la mise en place de vraies mesures de prévention et une aide à la reconversion des pratiques agricoles vers des cultures moins consommatrices d’eau et de pesticides.

Pour une ressource aquatique préservée, une eau de meilleure qualité et moins chère, une agriculture durable valorisée : nous ne voulons pas juste une politique de l’eau, mais une politique juste de l’eau.

     ((((((((((----------))))))))))

                   S.O.S.

Santé : Un décès sur six lié à la pollution en 2015

Un rapport publié vendredi fait état d'un décès sur six dans le monde lié à la pollution de l'air, de l'eau et des lieux de travail.

Un décès sur six survenu en 2015 dans le monde était lié à la pollution, essentiellement à la contamination de l'air, mais aussi de l'eau et des lieux de travail, estime un rapport publié vendredi dans la revue The Lancet.

«On estime que les maladies causées par la pollution ont été responsables de 9 millions de morts prématurées en 2015 - soit 16% de l'ensemble des décès dans le monde», évalue ce rapport, issu de deux ans de travail d'une commission associant la revue médicale britannique, plusieurs organismes internationaux, des ONG et une quarantaine de chercheurs spécialisés dans les questions de santé et d'environnement.

Ce bilan représente «trois fois plus de morts que le sida, la tuberculose et le paludisme réunis, et 15 fois plus que ceux causés par les guerres et toutes les autres formes de violence», soulignent ses auteurs.

La pollution de l'air (extérieur et intérieur) est responsable à elle seule de 6,5 millions de décès chaque année, principalement à travers des maladies non transmissibles comme les maladies cardiaques, les AVC, le cancer du poumon et la broncho-pneumopathie chronique obstructive.

L'eau polluée serait liée à 1,8 million de morts, via par exemple un mauvais assainissement ou la contamination des sources, causes de maladies gastro-intestinales et d'infections parasitaires. La pollution sur le lieu de travail en causerait environ 800'000, via l'exposition à des substances toxiques ou cancérigènes.

Evaluation sous-estimée

Et cette évaluation est «probablement sous-estimée», ajoute The Lancet, compte tenu «des nombreux polluants chimiques émergents qui restent encore à identifier».

Le phénomène touche en premier lieu «les populations pauvres et vulnérables», note le rapport. 92% de ces décès surviennent en effet dans des pays à revenu faible ou moyen et, dans chaque pays, ils concernent davantage les minorités et les populations marginalisées. Dans les pays en voie d'industrialisation rapide comme l'Inde, le Pakistan, la Chine, Madagascar ou le Kenya, jusqu'à un décès sur quatre pourrait être lié à la pollution.

Le rapport insiste aussi sur le poids économique de ces vies écourtées pour les pays concernés: plus de 4600 milliards de dollars chaque année, soit l'équivalent de 6,2% de la richesse économique mondiale.

Or ce fardeau reste «négligé tant par les gouvernements que par les organisations pour le développement», déplore The Lancet dans un éditorial accompagnant le rapport. La revue médicale appelle à «s'attaquer d'urgence à la situation» et à battre en brèche «le mythe selon lequel la pollution serait une conséquence inévitable du développement économique».

 

(((((((((((((((((((((((--------------------------))))))))))))))))))))))))

 

                                          DECHETS

 

Chers ami(e)s de Lauret

Régulièrement une petite équipe d’habitants de Lauret sous bannière d’associations ou de commerçant sillonne les rues et les routes du village pour les rendre propres.

Aujourd’hui nous souhaitons remettre en état le ruisseau du Favarel qui traverse Lauret et qui risque de déborder lors des grosses pluies d’hiver.

En effet, il disparait sous les buissons et les petits arbres qui s’y sont installés retenant terre et toute sorte de débris.

Pour cela il nous faut être nombreux et équipés  de tronçonneuses, débrousailleuses, sécateurs, scies, pelles, râteau, binettes, brouettes,….

Nous faisons donc appel aux adhérents des associations et au Conseil Municipal pour réaliser cette mise en état :

         Le Samedi 25 novembre 2017 au matin.

Rendez-vous sur la place à 9h.

En souhaitant nous voir nombreux.
Bien amicalement

Paturele et Lauret Des Bois

 
    ((((((((((((((((((--------------------------))))))))))))))))))))))))))