Il y a toujours une alternative

                                                                                      Alternative

 

A peine créée, l'association Lauret des Bois est vouée à disparaître : lorsque toutes nos inquiétudes seront levées. Un vœu pieu ?

Il est néanmoins possible, devant la réalité et face à l'urgence, qu'un grand nombre, grandissant, de personnes prennent conscience et de l'urgence et de la nécessité de réfléchir autrement à notre façon de vivre.

Comme il n'est évidemment pas possible de changer le mode de vie des habitants de l'autre coté de la planète, nous, nous pouvons faire quelque chose, peu ou prou, ici et maintenant. Pour nous, mais aussi pour eux. Et lorsque eux le font, nous en tirons bénéfice ici. Parce que eux c'est nous. Et inversement. Par exemple Tchernobyl, Fukuchima ce sont les autres, mais nous en sommes aussi victimes, et peut être demain, il faut l'espérer que non, la radio activité de Fessenheim en France ne s'arrêtera pas aux frontières française.

Nous savons donc, comme les nuages, les fumées des usines aux villes ne se cantonnent pas aux cheminées, ni les gaz d'échappement ne se rangent dans le coffre des voitures, les pesticides suspendus aux branches des plantations.

Nous sommes tous responsables et coupables de l'état de la situation. Cacher systématiquement la poussière sous le tapis, elle fera une montagne.

Car enfin, pourquoi attendre que « les autres » commencent, que l’État fasse « quelque chose » ? D'abord l’État c'est nous, puis nous ne devons pas laisser à d'autres le soin de décider pour notre santé, c'est à dire ne rien faire pour éviter de nous jeter dans le précipice.

C'est par la multiplication des actions, tels des champignons, un peu partout, chez nous et autour de nous, de plus en plus loin, qui créera cette dynamique heureuse.

Mais pourquoi faire, diront certains, les plus optimistes ?

L'alternative n'est pas le nucléaire ou la bougie, mourir de faim ou les pesticides, marcher ou accepter la pollution, nous en connaissons maintenant leurs nocivités, mais de savoir que nous pouvons agir autrement.

Culpabiliser, brandir une menace ou punir, ne servent à rien. Durablement. Seule la prise de conscience individuelle peut faire changer des mentalités. Durablement.

Loin d'employer l'ironie facile, c'est le principe de réalité qui doit guider notre réflexion, celle qui nous pousserait à balayer devant notre porte, à nous retirer la poutre qu'on a dans l’œil avant la paille du voisin, nous devons ainsi d'êtres honnêtes avec nous-mêmes, nous devrions accepter, et pourquoi pas, de partager les nuisances en tout genre, par exemple de toutes ces choses qui font la société :

  • une implantation d'un réacteur nucléaire devant chez nous, ou dans chaque département,

  • un enfouissement des déchets radios-actifs dans chaque localité, pas en Afrique comme cela se fait encore,

  • une usine pétrochimique dans chaque territoire,

  • des eaux usées dans chaque logement, devant chaque maison,

  • des pesticides et insecticides dans chaque habitation,

  • une raffinerie à chaque territoire,

  • des lotissements dans chaque village,

  • des HLM dans chaque commune,

  • une usine d'armement dans chaque département,

  • une arme dans chaque maison,

  • une guerre dans chaque quartier,

  • une prison dans chaque village,

  • un foyer de jeunes difficiles dans chaque village,

  • un foyer de personnes handicapées dans chaque villages,

  • un abattoir dans chaque village,

  • une autoroute qui passe dans chaque village,

  • un aéroport dans chaque canton,

  • une ligne de chemin de fer dans chaque commune,

  • une usine de retraitement des déchets ménagers dans chaque village,

  • un hypermarché dans chaque village.

Etc, la liste n'est pas exhaustive de ces images "désagréable", dont on ne peut se passer, mais que l'on veut voir ailleurs ; chez nos voisins, d'autres localités voire à l'étranger.

Enfin, et cependant, cette association peut continuer d'exister pour les liens qu'elle aura créé, pour des échanges multiples.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×