Les objectifs du Festival

Notre objectif principal, à travers les conférences et les films, les rencontres, l'information sous toutes ses formes, n'est pas nécessairement la reconnaissance par l'identification de notre association, mais il est de sensibiliser davantage le public de notre territoire, l'enfant mais également l'adulte, aux actions de préservation de la nature, dans sa diversité naturelle.

Notre espace de vie est celui de l'ancien Canton de Claret. Il comprend environ 4500 habitants, une densité non négligeable. Cette population ne dispose pas localement de producteurs bio suffisant pour la nourrir. Le triptyque : de saison, local et bio, doivent être dorénavant les mots d'ordre qui doivent tous nous rassurer.

Il est donc nécessaire de re-localiser l'agriculture, par des petites structures, proches des consommateurs. mais aussi bien l'énergie, les métiers.

Notre objectif secondaire est d'inviter chaque territoire à se saisir des opportunités que leur offre leur espace naturel, à en connaître sa diversité. De territoire en territoire, notre espoir d'une conscience collective se fera plus concrète.

Dénigrer n'est pas critiquer, et comme toute construction, l'écologie en prend plein son grade pendant que des opportunistes en profitent bien.

Néanmoins, la quasi majorité du public connaît maintenant le mot écologie, ce qu'il recouvre en matière de protection de la nature. Pour leur propre santé.

Car la nature nous en faisons partie, même si au cours des siècles précédents nous l'avons combattu pour la dominer enfin.

Très dispersés, les thèmes que recouvre l'écologie demeurent encore floues sinon méconnues, comme les intrants ou la monnaie locale et des sujets que l'individu a du mal à saisir tel que le remplacement totale du nucléaire par des énergies renouvelable ou bien l'intérêt d'investir dans les pistes cyclables.

Notre territoire est celui de la garrigue, mais il est aussi méditerranéen, un espace ou l'agriculture avait une importance considérable, par la production de blé, d'huile d'olives, de légumes secs, l'arboriculture, la culture vivrière qui favorise la biodiversité. Nous voulons ainsi valoriser ces ressources locales.

Nous n'avons pas la prétention de changer le monde d'ici demain, mais de faire connaître au public que l'échéance est de courte durée et qu'il peut agir dans son propre milieu, en faisant des choix, en se regroupant, et cela de façon pacifique.

Le public, le citoyen a tous les pouvoirs en tant que consommateur, il lui suffit de refuser, de choisir, de réfléchir, et enfin d'agir.

Nous voulons ainsi inscrire Lauret, ainsi que les villages avoisinants dans une résilience "sans retour", comme des centaines de villes et villages de par le monde et en France, comme déjà Grabels, Latte-Maurin, Sète, Frontignan. Et Valflaunès qui souhaite nous rejoindre.

Ajouter un commentaire

 
×